Approche artistique

Originaire de l’Afrique de l’Ouest, l’artiste-plasticien Tôkpéou Gbaguidi, vivant en Allemagne aujourd’hui, fait une collision des cultures. La spiritualité et les rituels sont des éléments essentiels de son pays d’origine, le Bénin. Gbaguidi va au-delà de ces frontières culturelles: Ses œuvres d’art reflètent des pratiques rituelles en raison des éléments de conception et matériaux choisis, et, les discutent parfois de façon critique. En même temps, Gbaguidi rationnalise notre « vue euro-centrique » du continent africain.

Le quotidien signifie la culture: des activités culturelles, des perspectives et des coutumes façonnent notre environnement et nous font une communauté. L’artiste-plasticien Tôkpéou Gbaguidi donne un second souffle aux objets de tous les jours. En fait, les objets arrivés à la fin de leur cycle de vie, abandonnés et mis au rancart, acquièrent une autre fonction par leur recombinaison, ils sont réactivés pour l’art. Ainsi, ses compositions complexes se réfèrent aux aspects du recyclage et de la durabilité. Les couleurs, appliquées de façon épaisse et transparente, ont un caractère à la fois symbolique et atmosphérique chez Gbaguidi. En plus des couleurs terreuses, il utilise des couleurs vives comme le jaune, l’orange, le rouge ou le bleu «qui sont – analogues au choix des matériaux- riches en valeurs, cultures et traditions. » En plus de l’acrylique et de l’huile, le bois est un matériel essentiel de son art. Tôkpéou Gbaguidi utilise des pigments et des tissus, des tables et des casseroles, des anneaux et des fils métalliques. Il  examine ces « éléments du quotidien culturel » dans leur ambiguïté fonctionnelle et rituelle. Il convertit même des jeans en peintures murales significatives par un mélange de l’eau, de la colle et des pigments de couleur. Des chaises sculptées se transforment en sculptures avec des visages et des symboles. Bien que ces objets perdent leur fonction d’origine, ils continuent à raconter leur passé, restent témoins de l’humanité et de la trahison: Combien de personnes ont probablement été assises sur cette chaise, se sont reposées, aimées ou disputées? Qui portait le tissu froissé sur la toile pour se protéger contre le soleil ou le froid? Quelle boisson ou remède était dans ce récipient?

Alors qu’il a travaillé exclusivement de façon figurative et représentative au début de sa carrière, Tôkpéou Gbaguidi emploie aujourd’hui des formes d’expression plus abstraites, complétées par les signes idéographiques nsibidi de l’est du Nigeria. Sur le plan de la forme et du contenu, l’art de Gbaguidi se résume le mieux dans le concept du collage. Davantage, il différencie les thèmes de la communication et de la communauté dans les observations de l’homme et des animaux, de la paix et de l’émotion. Ses œuvres sont des collages émotifs qui contrastent la culture ouest-africaine et européenne, l’art et la vie quotidienne. Tôkpéou Gbaguidi crée des œuvres d’art vitaux et critiques en même temps. Il saisit l’art comme moyen de communication universel entre les cultures. A la question d’une source d’inspiration concrète au-delà de la vie quotidienne, Gbaguidi répond souriant, mais toujours déterminé:

« Pas d’artistes, mais des insectes. »